Gilles Carrez

Député de Bry, Champigny, Nogent & Le Perreux

octobre, 2012

M. Gilles CARREZ attire l’attention de M. le Ministre de la Défense sur la situation des militaires de notre armée victimes d’erreurs de solde. En effet, on estime à plusieurs dizaines de milliers, le nombre de nos soldats qui sont victimes d’erreurs de solde, certains ne seraient même pas payés du tout. Un dysfonctionnement informatique du logiciel de paie dénommé « Louvois » est à l’origine de cette situation délicate pour ces hommes, généralement des pères de famille. Il apparaît urgent de trouver une solution pour gérer les multiples désagréments signalés. Deux inspections d’évaluation du logiciel sont en cours mais les cas se multiplient. Aussi, face à cette difficulté, Gilles CARREZ souhaiterait savoir si le Gouvernement envisage d’instituer une aide spécifique comme le développement d’un logiciel alternatif par exemple.

Le président de la commission des Finances veut mesurer précisément le nombre de départs de contribuables, à travers un questionnaire qui sera soumis à Bercy.

Combien sont-ils ? Les contribuables français qui envisagent de quitter le territoire, ou en sont déjà partis, sont une population mal connue des politiques, et qui alimente tous les fantasmes. Pour mesurer plus précisément l’ampleur du phénomène, Gilles Carrez, le président UMP de la commission des Finances de l’Assemblée, veut mettre en place un suivi de ces exilés potentiels ou confirmés, au sujet desquels n’existe aucune statistique publique. Il travaille à mettre au point un questionnaire, qui sera finalisé « dans une quinzaine de jours », et qui sera prochainement transmis à Bercy.

L’idée consiste à utiliser un faisceau de données existantes, que Gilles Carrez juge non utilisées, comme le nombre d’enregistrements d’enfants dans les consulats, ou le suivi de l’augmentation de la population de nationalité française en Belgique, au Royaume-Uni, en Suisse, au Luxembourg et dans les pays du Sud-Est asiatique. Il compte également utiliser les données de l’« exit tax » mise en place par le gouvernement précédent. Cet impôt oblige en effet les candidats au départ à déclarer leurs plus-value lorsqu’ils quittent le territoire.

Autre source : les données relatives à l’ISF, qui « sont utilisées avec deux années de décalage, alors qu’on pourrait obtenir ces données en un an et demi, seulement, estime Gilles Carrez. Nous avons des éléments financiers et généraux à utiliser. Cela n’a jamais été fait».

Le député assure avoir une oreille attentive de Bercy pour son initiative. « Toute demande sera reçue favorablement », confirme un proche de Jérôme Cahuzac. En tant que président de la commission, Gilles Carrez n’a formellement pas besoin de l’aval de Bercy pour accéder aux données sur lesquelles il souhaite travailler. Tous les renseignements financiers et administratifs qu’il demande doivent lui être fournis.

Selon Gilles Carrez, la France subit entre 300 et 400 départs de ménages par an. « Les départs se sont accélérés en 1996-1997, puis sont restés stables, estime l’ancien rapporteur général du Budget. Le mouvement est reparti depuis le début de l’année. Il y a un signe qui ne trompe pas, ce sont les files d’attente devant les lycées français. »

Source: E. C., Les Echos

Crédits photo: François BOUCHON / Le Figaro.

Crédits photo: François BOUCHON / Le Figaro.

Jean-Marc Ayrault a affirmé que neuf Français sur dix ne seraient pas concernés par les hausses d’impôts. «C’est un mensonge d’État», accusent les députés UMP Gilles Carrez et Laurent Wauquiez, qui ont dénoncé lundi le «choc fiscal» dont seront victimes les classes moyennes en 2013. «On approche l’overdose fiscale, a estimé le président UMP de la commission des finances de l’Assemblée. Les 100.000 ménages français les plus aisés vont-ils adapter leur comportement ou partir? Il faut savoir que quand on prend un euro aux plus aisés, on en prend deux aux classes moyennes.»Selon leurs calculs, l’effort demandé aux ménages sera de 15,8 milliards d’euros, dont 10,25 milliards seront prélevés sur les classes moyennes, soit plus des deux tiers.

Pour l’ex-ministre Laurent Wauquiez, «la grande supercherie du gouvernement» est d’avoir «saucissonné en tranches son choc fiscal: un petit bout avec le décret sur les retraites (en juin), un petit bout sur le projet de loi de finances rectificative (en juillet), un petit bout sur le projet de loi de finances 2013 et un gros bout sur le projet de financement de la Sécurité sociale».

La date de leur verdict n’a pas été choisie par hasard, puisqu’ils ont choisi de détailler ce qu’ils appellent la «chronique d’un choc fiscal annoncé pour les classes moyennes» à la veille du vote, par les députés, du projet de loi de finances (PLF) 2013, ce mardi, et juste avant l’ouverture des débats sur le projet de financement de la Sécu (PLFSS). La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires et des exonérations de charges salariales – l’une des dispositions phares du quinquennat de Nicolas Sarkozy pour relancer le pouvoir d’achat – sera «un poison à infusion lente», selon Gilles Carrez. Le président de la commission des finances considère que cette mesure pénalisera huit millions de salariés qui effectuent des heures supplémentaires et qui perdront en moyenne 500 euros de pouvoir d’achat. Rendement attendu pour l’État: 4,2 milliards d’euros.

L’augmentation du forfait social de 8 % à 20 % représentera un effort de 1,2 milliard d’euros pour les sept millions de salariés «très modestes» qui bénéficient d’un accord d’intéressement ou de participation dans leur entreprise. «Même une caissière de supermarché sera concernée», a relevé Laurent Wauquiez. Le gel du barème de l’impôt sur le revenu concernera près de 13 millions de contribuables et rapportera 1,4 milliard d’euros à l’État. La hausse du quotient familial concernera 900.000 foyers, dont des jeunes ménages. Quant à la hausse de la redevance TV de 4 euros, elle représentera un effort de 50 millions d’euros. Même si le gouvernement a renoncé à instaurer une redevance sur les résidences secondaires, l’affaire n’est «pas terminée», selon Gilles Carrez, dans la mesure où il manque 70 millions d’euros au minimum à France Télévisions pour boucler son budget.

Le plus dur est à venir, avec l’examen du PLFSS, qui prévoit une réforme des prélèvements sociaux de plus d’un milliard d’euros demandé à un million de professions libérales, commerçants, indépendants et autoentrepreneurs. Les 3,6 millions de particuliers employant un salarié à domicile, souvent pour la garde de personnes âgées dépendantes, devront consentir un effort de 400 millions d’euros supplémentaires. La création d’une contribution additionnelle pour l’autonomie touchera 8 millions de retraités imposables, pour un gain de 800 millions d’euros. Sans compter 750 millions de fiscalité supplémentaire sur le tabac et la bière.

Qui ne sera pas concerné par ces hausses d’impôts, selon Carrez et Wauquiez? Celui qui ne fait pas d’heure supplémentaire, qui ne fume pas, ne boit pas, n’a pas la télévision, n’est pas entrepreneur, ni artisan, ni commerçant, ni indépendant.

Hier, votre député était l’invité du Talk Orange-Le Figaro, il a notamment expliqué qu’ « augmenter les impôts était une solution à court terme ». Il a également abordé le thème des emplois d’avenir, du Projet de Loi de Finances 2013, déficit à 3%, crise de la zone Euro …etc. Il a déploré « l’improvisation du gouvernement » et les multiples « retours en arrrière qui donnent une mauvaise image de l’État »

Sur les élections internes à l’UMP, il a précisé qu’il « continuait à réfléchir » et qu’il avait jusqu’au 18 novembre pour choisir entre Jean-François COPE et François FILLON.

Retrouvez la vidéo de l’émission en cliquant sur ce lien: http://actu.orange.fr/le-talk/le-talk-orange-le-figaro-du-18-octobre-interview-gilles-carrez-lefigaro-interview_1138090.html

Source: www.orange.fr

Lundi 15 octobre, Gilles CARREZ était l’invité de LCI dans l’émission le Oui/Non.

Il a supplié les « riches » entreprises ou célébrités qui drainent de l’emploi à ne pas quitter le pays malgré la taxation massive que le gouvernement va leur imposer.

Retrouvez un extrait de son intervention en cliquant sur ce lien: http://videos.tf1.fr/infos/oui-non/carrez-je-dis-aux-plus-fortunes-non-ne-partez-pas-7587111.html

Retrouvez l’enregistrement de l’émission de dimanche dernier durant laquelle Gilles CARREZ a abordé le budget 2013 de l’État.

http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Le-grand-rendez-vous/Sons/Le-grand-rendez-vous-avec-Gilles-Carrez-1274201/

Source: www.Europe 1.fr

Crédit photo: www.gillescarrez.fr