Gilles Carrez

Député de Bry, Champigny, Nogent & Le Perreux

septembre, 2014

Gilles Carrez, le président UMP de la commission des finances de l’Assemblée, s’alarme lundi des déficits publics, parlant de « faute professionnelle » du gouvernement et jugeant l’état de la France « infiniment plus grave » qu’en 2012.

Dans une interview à L’opinion, le député assure que « l’augmentation du déficit entre 2013 et 2014 », résultat qu’il qualifie de « calamiteux », relève « d’une vraie faute professionnelle de la part du gouvernement ».

« La réalité, c’est que la dépense va encore progresser d’une vingtaine de milliards d’euros cette année ». « Un pays qui dépense 90 milliards d’euros de plus que ses recettes chaque année est un pays qui se précipite vers d’immenses difficultés », dit l’élu du Val-de-Marne.

Inquiet de la « faiblesse des recettes fiscales », il prévoit notamment « une moins-value de 5 à 7 milliards d’euros par rapport à une prévision 2014 » du résultat de l’impôt sur le revenu.

« Nous ne pouvons plus accepter une dérive de 35.000 emplois d’agents publics locaux par an », détaille M. Carrez. Il critique aussi « la généralisation du tiers-payant pour les consultations de médecins », « une erreur profonde comme l’a été en son temps la généralisation du tiers payant pour la consommation de médicaments, qui explique pour partie la surconsommation française ».

« La situation de notre pays en 2014 est infiniment plus grave qu’en 2012 et je crains qu’elle ne continue à se détériorer », dit-il encore.

Copyright © 2014 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.