Gilles Carrez

Député de Bry, Champigny, Nogent & Le Perreux

PARLEMENT DES ENFANTS 2016

Le 5 avril 2016

photo daguerre

C’est la classe de CM2 de Monsieur DA SILVA de l’école Daguerre de Bry-sur-Marne qui a été retenue par l’inspection académique pour le XVe Parlement des Enfants. Thomas Castro a été élu député junior par ses camarades et représentera ainsi notre circonscription en juin prochain à l’Assemblée nationale. Gilles CARREZ leur a rendu visite le lundi 4 avril 2016.
Au cours de cette rencontre, Gilles CARREZ a répondu aux nombreuses questions des élèves sur le rôle d’un député, le parcours d’une loi au Parlement, l’intérêt de la démocratie ou l’enjeu des élections européennes.

Thomas Castro défendra au Parlement des enfants une proposition de loi visant à développer la production d’énergie propre à l’intérieur de l’école pour permettre une indépendance énergétique.

Gilles CARREZ a été très impressionné par la qualité d’écoute et d’intervention des enfants et a félicité Monsieur DA SILVA pour le remarquable travail pédagogique effectué.

Mon message suite aux attentats

Le 16 novembre 2015

131593-drapeau-francais-berne,bWF4LTY1NXgw

Je rends hommage aux victimes de la barbarie des attentats terroristes et m’associe à la douleur de leurs proches.

Un combat sans merci doit être mené contre la barbarie islamiste et je ferai tout en tant que parlementaire pour que les mesures appropriées à cette situation de guerre soient adoptées le plus vite possible.

Gilles Carrez

806047-le-president-de-la-commission-des-finances-de-l-assemblee-nationale-gilles-carrez-les-republicains-l

Le président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale Gilles Carrez (Les Républicains) s’est dit mardi « très sceptique » sur la capacité de la France à ramener son déficit à 3,3% du PIB en 2016, jugeant « aléatoires » les prévisions sur lequel le gouvernement s’appuie pour élaborer son budget.

http://www.boursorama.com/actualites/gilles-carrez-lr-sceptique-sur-le-respect-des-3-3-de-pib-de-deficit-en-2016-6b4c3824cf67c2160ca3849440f9177d

sans-titre

Le président de la Commission de finances s’est montré très critique quant aux baisses d’impôts choisies par le Gouvernement.

http://www.rtl.fr/actu/economie/les-baisses-d-impots-ont-concerne-450-000-contribuables-de-plus-que-prevu-7779610138

_GMP5955

Le nouveau programme de Convergences Musées pour 2015-2016 est disponible!

N’hésitez pas à le demander par simple appel au 01-49-83-92-59 ou via le formulaire contact présent sur ce site.

1504533_3_f398_gilles-carrez-depute-ump-et-rapporteur-generalLe président (UMP) de la commission des finances de l’Assemblée nationale, Gilles Carrez, met en garde sur le besoin de contrôler les dépenses des APL au risque de devoir réduire les dépenses d’investissement.

jddfrSource: http://www.lejdd.fr/Economie/Gilles-Carrez-Il-faut-geler-le-montant-des-aides-731690

BFM TVLa politique française n’est pas toujours d’une logique implacable, et réserve bien souvent quelques subtilités. En témoigne cette étonnante convergence de vues entre Gilles Carrez, député UMP et farouche défenseur de la réduction de la dépense publique, et les frondeurs de l’aile gauche du PS, pourtant partisans d’un assouplissement de la politique de rigueur.

Dans son livre « Poison présidentiel »*, la journaliste Ghislaine Ottenheimer, rédactrice en chef à Challenges rapporte ainsi les propos tenus par le président de la Commission des finances à l’Assemblée nationale à propos du Crédit d’impôt compétitivité (CICE). « Le crédit d’impôt, ce n’est pas un système fiable. Cela peut servir à embaucher, à investir, ou à augmenter les dividendes. Je comprends la colère des frondeurs », assure-t-il.

Pour rappel, ces derniers avaient, en vain, tenté d’amender le projet de Budget 2015 pour « réorienter » le CICE, demandant notamment un remboursement des sommes versées en cas de mauvaise utilisation.
L’utilisation du crédit d’impôt mise en cause

Mis en place le 1er janvier 2013, le dispositif doit profiter aux entreprises soumises à la concurrence internationale en abaissant le coût du travail. Il est notamment critiqué pour sa complexité, mais aussi pour sa capacité à manquer ses cibles. Les enseignes de la grande distribution, par exemple, en ont largement bénéficié, alors qu’elles ne font pas face à une grande concurrence de la part des entreprises étrangères.

Autre grief: l’utilisation du chèque de l’Etat, non contrôlée par le fisc et sujette à de nombreuses interrogations. Les frondeurs craignent ainsi que certaines entreprises en profitent pour rémunérer leurs actionnaires plutôt qu’investir. Leur combat a visiblement réussi à dépasser certains clivages politiques pourtant tenaces.

*Paru chez Albin Michel

Source: http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/quand-gilles-carrez-ump-comprend-les-frondeurs-du-ps-884747.html